Allaitement maternel réussi malgré un accouchement prématuré

J’apprends à connaître Stéphanie et son mari Michel pendant un cours de préparation à l’accouchement Hypno Naissance. Peu avant notre dernière rencontre, à peu près six semaines avant la date présumée de l’accouchement, Stéphanie m’appelle, toute agitée et me raconte qu’elle a été hospitalisée pour cause de risque d’accouchement prématuré. Malgré l’hospitalisation et les traitements, un accouchement prématuré ne peut pas être empêché. Cinq semaines avant la date présumée, Lou naît après un accouchement plutôt court, pendant lequel Stéphanie a réussi à employer les techniques de l’Hypno Naissance. Lou se porte si bien qu’il tète tout de suite après l’accouchement et puisqu’il n’a pas besoin de traitements spéciaux, il peut rester avec sa maman. Mais la poursuite de l’allaitement doit se faire selon le protocole de l’hôpital, prévu en cas d’accouchement prématuré. Ainsi Stéphanie commence à tirer son lait avec un tire-lait électrique double. Lou est allaité selon un rythme fixe toutes les trois heures. Il est pesé avant et après la tétée et il reçoit la quantité manquante avec le gobelet. Puisque le lait maternel ne suffit pas toujours, il reçoit également un peu de lait artificiel.

Une semaine plus tard, Stéphanie et Lou peuvent déjà rentrer à la maison. Je leur rends visite le lendemain et je me retrouve face à des parents un peu insécurisés. Michel et Stéphanie ne savent pas comment continuer l’allaitement, car le protocole strict de l’hôpital n’a pas été relâché avant leur sortie. J’essaie tout d’abord de les rassurer. Après avoir observé une tétée qui a été très efficace, j’encourage Stéphanie d’allaiter le plus souvent possible, de faire beaucoup de peau-à-peau et d’allaiter le petit dans la position de l’allaitement biologique. Dans cette position, la maman se penche en arrière sur un fauteuil ou un canapé confortable avec la tête, la nuque, les épaules, le dos et le bras bien soutenus et l’enfant se trouve allongé en position ventrale sur son ventre. Beaucoup de bébés se sentent plus à l’aise dans cette position et tètent plus efficacement, car ils peuvent mieux employer leurs réflexes. Pour la maman cette position est également avantageuse, car elle est très confortable et ainsi l’allaitement est plus relax pour la maman, ce qui a également un impact positif sur le réflexe d’éjection. Lors de cette visite, les deux parents me racontent également que depuis leur retour à la maison, Lou a toujours vomi le lait artificiel. Après discussion les deux parents décident que Stéphanie va allaiter le plus souvent possible, mais qu’elle va également essayer de tirer son lait encore quelques fois par jour et proposer un complément de lait maternel à Lou en cas de besoin.

Lors de ma deuxième visite, je ressens encore une certaine insécurité chez Stéphanie. Elle a toujours du mal à trouver son propre rythme avec Lou et elle a peur que Lou se fatigue trop au sein. En plus, de temps à autre Lou a du mal à prendre le sein, ce qui l’angoisse encore plus. J’essaie de faire de mon mieux pour la rassurer et je lui explique qu’il est important de mettre Lou au sein lorsqu’il n’est pas encore trop affamé, donc moins agité. Elle me raconte que Lou a encore vomi plusieurs fois les compléments de lait maternel. A ce qu’il paraît les compléments sont de trop, car sa prise de poids est très bonne. L’observation d’une autre tétée montre que Lou tète très bien et donc l’allaitement exclusif au sein devrait fonctionner. J’explique à Stéphanie que l’allaitement – contrairement aux dires des gens, ne demande pas plus d’efforts au bébé. Au contraire, lors de l’allaitement au sein, le bébé peut mieux coordonner la succion, la déglutition et la respiration avec une meilleure saturation en oxygène qu’au biberon. Cette affirmation semble avoir rassuré Stéphanie de sorte qu’elle tente d’allaiter Lou exclusivement au sein. Trois jours plus tard, elle me raconte toute fière que depuis ma dernière visite, Lou est allaité exclusivement au sein avec une prise de poids très satisfaisante. Le pédiatre qui a examiné le petit le même jour, est également très satisfait de son développement. Une semaine plus tard nous nous rencontrons une dernière fois.

Aujourd’hui Lou a presque trois mois et ses parents sont très heureux qu’il est toujours allaité exclusivement.

Ute Rock
Laktationsberaterin IBCLC

Vous pouvez demander plus d’informations dans notre consultation d’allaitement. Demandez un RDV..